Entrepreneuriat : les sources cachées de l’échec… et de la réussite

Entrepreneuriat : les sources cachées de l’échec… et de la réussite

Échec entrepreneurial : ce mot-là résume toutes vos inquiétudes de dirigeant.


En tant que chef d’entreprise, vous avez conscience de vos responsabilités et des enjeux de votre business. Vous avez parfois l’impression qu’il y a une épée de Damoclès au-dessus de votre tête : l’échec potentiel de tous vos efforts.


Vous n’êtes pas le seul ou la seule à penser ainsi, rassurez-vous ! Le fait d’échouer est perçu comme très négatif et dévalorisant dans notre société. Pourtant, le regard que vous posez sur cette notion d’échec change tout. Il peut même devenir une source de succès ! Balayons ensemble l’échec en entrepreneuriat et voyons comment en faire une force pour votre business !

L’échec entrepreneurial et ses causes

Pourquoi un dirigeant d’entreprise se retrouve-t-il parfois à mettre la clé sous la porte ? Faisons un point sur les éléments qui sont susceptibles de faire du tort à votre entreprise.

  • Un manque de ciblage du marché. Vous vous êtes lancé sans vérifier que votre offre correspondait à un besoin.
  • Une gestion financière défaillante. Manque de capital, difficultés à maîtriser les flux de trésorerie, pas d’analyse de vos besoins en fond de roulement, etc. vous ont entraîné dans une spirale infernale.
  • Une mauvaise stratégie marketing… ou pas de marketing du tout. Vous avez tout misé sur votre offre, sans investir pour la faire connaître à votre clientèle-cible.
  • Une carence en management. Vous n’avez pas réussi à fédérer vos collaborateurs autour de vous. Cela a affecté l’environnement de travail, la productivité et l’efficacité dans l’entreprise.
  • Un développement trop rapide. Vous avez très bien géré les aspects commerciaux, budgétaires et managériaux et vous avez eu des débuts prometteurs… Hélas, vous avez voulu aller trop vite, augmenter vos locaux, employer plus de collaborateurs, faire une débauche de publicités… et votre trésorerie n’a pas suivi.

Pour aller plus loin sur ces questions, je vous suggère de lire ces articles :

Ces cinq phénomènes sont les principales causes d’échec d’une entreprise. Ils sont clairement identifiables et, si vous êtes bien accompagné et que vous construisez votre business pas à pas, avec rigueur et lucidité, vous allez lever ces difficultés.

Cependant, il existe un autre facteur d’échec, plus subtil et paradoxal. C’est la peur même de… l’échec.

La peur de l’échec entrepreneurial et ses conséquences

La plupart des chefs d’entreprise ont peur de l’échec. Cette crainte les rend hésitants quand il s’agit de prendre des risques et d’expérimenter. Lorsque vous élaborez un budget et que vous affectez des ressources, vous essayez en effet d’anticiper les risques et de les annuler pour obtenir un maximum d’efficacité.

Vos collaborateurs sont eux aussi affectés par cette aversion de l’échec. Ils ont tout intérêt à vous montrer qu’ils contrôlent la situation, car il en va de leur crédibilité à vos yeux et donc de leur carrière ! Il est donc normal que tout le monde dans l’entreprise, vous aussi bien que vos employés, fasse tout pour éviter la prise de risques.

Si vous voulez éviter toute prise de risques par peur de l’échec, vos collaborateurs n’oseront pas proposer des innovations.

Cependant, cette politique n’est pas gagnante à long terme.

Nous vivons dans une époque de changements très rapides. Les opinions des consommateurs évoluent au gré des actualités, les règlementations aussi. L’éthique est devenu une valeur dominante dans les décisions d’achats. Les nouvelles technologies changent sans cesse la donne. La pandémie de la Covid 19 et le réchauffement climatique bouleversent les perspectives.

Les entreprises qui résistent sont celles qui savent s’adapter et innover.

Dans ce contexte, la peur de l’échec est un frein de taille. Une étude a montré que cette peur était un obstacle important à l’innovation pour 31 % des entrepreneurs. Elle a une influence invisible sur vos choix et vos décisions en tant que dirigeant d’entreprise. Elle a aussi un coût qui n’est pas facile à chiffrer, mais qui est réel.

N’est-il pas temps de modifier votre perception de l’échec entrepreneurial pour en faire une force ?

L’échec de l’entrepreneur : une force pour l’avenir

Je vous propose de méditer deux exemples d’attitude entrepreneuriale face au risque d’échec.

  • Au Moyen-Âge, de grandes compagnies marchandes ont investi des fonds considérables pour envoyer des expéditions à travers le monde. Le retour sur investissement n’était pas garanti, loin de là. Je suppose que la notion d’échec n’avait pas le même sens pour les entrepreneurs de ce temps que pour ceux d’aujourd’hui ! Ils envisageaient des profits à long terme. Autrement dit, le risque encouru en valait la peine.
  • De nos jours, les Américains ont eux aussi une conception valorisante de l’échec entrepreneurial, car il permet d’expérimenter. D’acquérir de nouvelles compétences et de nouvelles connaissances. De rebondir. On connaît beaucoup de success-story de self-made-man ou de self-made-woman qui ont commencé par des échecs retentissants (je vous en parle plus loin).

Ces deux perceptions du risque et de l’échec possible sont une force car elles poussent à l’innovation. En somme, l’une des sources cachées de la réussite entrepreneuriale se trouve dans ce que vous craignez le plus : l’échec ! Celui-ci vous en apprend beaucoup sur ce qui marche ou ne marche pas, sur vos forces et sur vos faiblesses et celle de votre entreprise, sur la personne que vous êtes aussi, en tant qu’individu et en tant que dirigeant.

Échec d’entreprise : des exemples inspirants

Pour clore mon propos, j’ai envie de vous proposer quelques exemples d’échecs d’entreprise qui vont sûrement vous motiver… Pas à abandonner, mais au contraire à oser !


Un échec entrepreneurial bien connu est celui d’Akio Morita (co-fondateur de Sony) et de son enregistreur vidéo Betamax, qui a été évincé par la vidéo VHS dans le dernier quart du XXème siècle.

« N’ayez pas peur de faire une erreur. Mais faites en sorte de ne pas faire la même erreur deux fois. »

Akio Morita

Bill Gates, Walt Disney, Henri Ford… ont eux aussi commencé leur carrière par des échecs. Mais, comme le dit le proverbe japonais : « Le succès, c’est tomber sept fois, se relever huit. »

Un bon mindset d’entrepreneur, c’est savoir rebondir après un échec en s’appuyant sur les connaissances et les compétences acquises.

En tant que chef d’entreprise, vous avez besoin de développer votre confiance en vous et votre envie d’expérimenter. Vous devez aussi insuffler cette dynamique dans vos équipes, afin qu’elles n’aient pas peur de proposer des solutions innovantes.


À ce stade, c’est de votre mindset d’entrepreneur qu’il s’agit !


Or, travailler sur son esprit d’entreprise demande souvent une aide extérieure. Un coach entrepreneurial vous aide à vous débarrasser de vos biais cognitifs et à quitter votre zone de confort pour oser défier votre peur de l’échec.

Vous sentez-vous prêt à prendre des risques et à rebondir ?


Je vous propose de découvrir ma méthode de développement du mindset de l’entrepreneur. Elle vous donne des clés essentielles pour transcender vos échecs et en faire des forces au service de votre business !

Affrontez la peur de l’échec entrepreneurial ! Contactez-moi !

Crédits images : PexelsJoseph MuciraDanaTentis

Laisser un commentaire